Interview : Arnaud Cr

Réalisée par :mail
Date :avril 2005
Dans le cadre de la sortie de Sunk chez Les moutons Electriques, nous avons eu la chance qu’Arnaud ait accepté de répondre à nos questions

Allan : Arnaud bonjour, alors peux tu nous dire qui tu es et ce qui t’as orienté vers ton métier d’illustrateur ?
Arnaud : Je suis un type enragé qui ferait n’importe quoi pour continuer à vivre de sa passion de toujours: le dessin. L’illustration est un des biais que j’ai trouvé pour y parvenir. Mais il ne faut pas se leurrer l’illustration est le plus souvent un travail de mercenaire pas toujours très épanouissant artistiquement. Ca permet de nourrir son chien. C’est déjà ça.

Allan : Tu illustres pour de nombreux éditeurs – notamment mais pas uniquement pour Mnemos – : comment se passe la “commande” d’une couverture ?
Arnaud : L’ éditeur m’envoie généralement un résumé de deux ou trois pages du bouquin à illustrer.Je lui fais une esquisse. Si ça lui plaît je passe à la réalisation.

Allan : Te donnes t-on en général des consignes strictes ou es-tu libre de tes mouvements ?
Arnaud : Ca dépend mais la plupart du temps je fais comme je le sens. Quand l’éditeur a une idée très précise de ce qu’il veux je me sens bridé, réduit à un rôle d’exécutant et le résultat est souvent décevant. Alors que quand il décide de me faire totalement confiance je me donne à fond et ça se voit.

Allan : Je souhaitais t’interviewer à l’occasion de la sortie de Sunk aux Editions Les Moutons Electriques car ton rôle d’illustrateur prend une toute autre dimension dans le cadre de ce roman : comment le projet t-a-t-il été présenté ?
Arnaud : Au début ce projet devait voir le jour sous la forme d’une bande dessinée mais les éditeurs ont trouvé ça trop bizarre, selon eux mon dessin très travaillé ne rentrait pas dans le registre de la BD. J’ai été très surpris par cette réaction. Naïf, je pensais que les gros éditeurs recherchaient des choses innovantes. Malheureusement je me suis rendu compte qu’ils ne voulaient que des copies de ce qui a déjà fait un succès. Suite à ça Colin et Calvo ont eu la bonne idée de transformer la chose en roman illustré.

Allan : Qu’est ce qui t’a poussé a accepté ce défi ?
Arnaud : L’envie de faire quelque chose d’original.

Allan : Alors, j’ai déjà eu le retour de l’interview de la part de Fabrice… Comment s’est passé le travail avec eux ?
Arnaud : Super. Ils sont plein de talent et de folie. Ils possèdent une puissance de travail hors du commun. Non vraiment ils m’impressionnent.

Allan : Tu les a tant martyrisé que cela pour que Fabrice dise tout haut que tu es “un type qui peut te briser en moins de deux” ?
Arnaud : Je pense qu’il voulait plutôt dire: “un type qui peut te LES briser en moins de deux”. C’est vrai que je peux être très chiant quand je veux.

Allan : Je te remercie, et les lecteurs de Sunk aussi je pense, tu arrives à mettre des images sur les délires des deux auteurs… Un travail éprouvant ?
Arnaud : Pas du tout. Ils m’ont laissé une liberté totale.

Allan : Et le livre, pour le présenter aux lecteurs qui hésiteraient encore, tu dirais quoi ?
Arnaud : Que ce n’est pas un livre. C’est une chose étrange qui ne porte pas de nom et qui n’appartient à aucun genre.

Allan : N’as-tu jamais été tenté par l’écriture ?
Arnaud : Je suis tenté par tout ce qui peut toucher de près ou de loin à la création. Mais je sais aussi que l’écriture, le cinema, la musique sont des choses qui ne s’improvisent pas. C’est comme pour le dessin ou le Kung Fu, il faut des années de pratique pour parvenir à maîtriser son art.
Alors pour l’instant je vais me concentrer sur ce que je sais faire et essayer de toujours progresser.

Allan : Quels sont tes projets ?
Arnaud : Je travaille sur une bande dessinée avec Calvo et Colin et je termine une série de toiles pour une exposition en septembre.

Allan : Nous as-tu rendu visite et si oui que penses-tu de notre site ?
Arnaud : Il est propre et clair. C’est du beau boulot.

Allan : Que peut-on te souhaiter ?
Arnaud : De continuer à me battre pour faire la seule chose que j’ai jamais su faire.

Allan : Le mot de la fin sera :
Arnaud : Résiste.

Laisser un commentaire