Interview : Pierre Saviste

Réalisée par :mail
Date :
Pour vous présenter cet auteur, nous avons pris contact avec lui et oh joie, il a répondu à notre appel de façon très sympathique… Nous vous livrons donc une interview de ce “nouvel” auteur puisque pour l’instant, deux oeuvres de lui ont été publiées aux Editions Mnémos… Les deux premiers volumes d’Ombramère…

Merci à lui pour son accueil !!!

Allan : Pouvez-vous nous parler un peu de vous et de votre parcours ?

Pierre Saviste : Bien sûr. D’abord, Pierre Saviste est un pseudonyme. Je travaille pour le Ministère de la Défense et je suis actuellement résident à Phalsbourg, en Moselle. Je suis marié et père de deux filles.
Au risque de décevoir, je n’ai aucune expérience littéraire. Je me suis mis à l’écriture en 2001 et j’ai appris « sur le tas. » Par contre, j’ai un long passé de joueur de jeux de rôle, tant comme joueur que comme meneur de jeu. C’est l’esprit qui habite les rôlistes qui m’a conduit sur le chemin de l’écriture de romans fantastiques. Rêveur invétéré, j’adore la Fantasy et les époques médiévales fantastiques qui me permettent de m’évader de la grisaille quotidienne.

Allan : Quels sont vos auteurs et Œuvres favoris ?

Pierre : Je vais encore décevoir les puristes, mais mon Œuvre de prédilection n’est pas Le Seigneur des Anneaux. Mon auteur favori est sans contexte David Eddings. J’ai dévoré les dix tomes de la Belgariade et de la Mallorée, suivis de la Trilogie des Joyaux. C’est le style d’écriture de cet auteur qui m’a séduit et m’a conforté dans l’envie d’écrire. J’aime aussi Stephen Donaldson, pour ses Chroniques de Thomas l’Incrédule, Moorcook mais pour son livre Corum. Dans un autre registre, citons Gene Wolf pour la série sur Teur, et, bien entendu, le livre culte Dune.. J’avoue avoir découvert les auteurs français tardivement. J’aime beaucoup le cycle de Ji de Pierre Grimbert. Sinon, certains films m’ont influencé : Hook, cette histoire de Peter Pan qui avait oublié ses rêves, Willow, les Conan le barbare, bien sûr. Enfin, les mondes de jeux de rôle m’attirent, tel Génertela, le monde de Runequest.

Allan : Qu’est ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’écriture d’Ombramère ?

Pierre : Initialement, je n’avais aucun projet d’édition. En fait, Ombramère est né d’une nouvelle qui a « évolué.» Comme je l’ai dit ci-dessus, j’étais meneur de jeu et j’écrivais donc mes propres scénarii. Un séjour à l’étranger m’a permis d’entamer l’écriture de quelques pages, sans aucune prétention aucune. Mon envie d’écrire et mon imagination prirent le dessus et la nouvelle s’étoffa peu à peu de nouveaux chapitres jusqu’à devenir un manuscrit nommé Les Chroniques Perdues des Ombres Amères. Ce manuscrit dormirait dans doute encore dans le fond d’un tiroir si un ami ne m’avait convaincu de « tenter le coup. » Mnémos accueillit favorablement le projet. Après corrections et réécriture de quelques passages, Ombramère vit le jour.

Allan : Pouvez-vous nous présenter votre Œuvre ?

Pierre : Ombramère est une aventure où le voyage et l’apprentissage tiennent une place importante. Dans le tome 1, Les Héritiers de Ghern Arg, le Destin place ses pions, les personnages principaux. Le sujet est classique, mais j’ai choisi un chemin difficile pour faire vivre mes héros. On y suit les aventures et les mésaventures de deux groupes distincts qui n’ont qu’un seul point commun entre eux : Chimar, l’ancien dieu.
Dans Ombramère, je n’ai pas voulu une vision manichéenne du Bien et du Mal. Les héros n’en sont pas vraiment. D’ailleurs, ils seront tous amenés à accomplir des actes parfois contraires à leurs principes. Je n’aime pas les héros trop « archétypes » comme ceux de Tolkien. Un héros est un être normal plongé dans une situation anormale, qui doit gérer ses propres faiblesses.

Un petit résumé des deux premiers tomes :
Les Avatars, des démons créés par les Primans (les dieux) pour punir les hommes, se sont révoltés et ont chassé jadis leurs créateurs qui se sont endormis. Un jour, Ghern Arg, un prêtre dément, a annoncé le retour des dieux dans un livre nommé Les Mystères. Ombramère début lorsque les Avatars découvrent cette prophétie et la venue d’un messie nommé Kruddel Huma, ainsi que l’existence d’un des Primans parmi les Humains. Commence alors une course entre Or Kaldor, un des Avatars, et les héros choisis par Chimar. Tous chercheront le Kruddel Huma l’un pour le détruire, les autres pour l’amener à accomplir la prophétie de Ghern Arg.
A Soryane et Arayel, deux El’ms, ce peuple décimés jadis par les Humains, se joindront des Humains : Drar Haal, un voleur, Albérion, un scribe à moitié El’m qui les mènera à Kob’Surn, une antique cité el’me, et Makeln, un marchand.
Parallèlement, Anthanis, un prêtre de Chimar retrouve Garvenar, un chevalier déchu condamné à mort à tort, Elorie, la propre cause de la déchéance du chevalier, ainsi que Foksin, un représentant du peuple Iskhar, ces hommes-loups crées jadis par Chimar. Les compagnons de Garvenar feront tout pour arracher le chevalier des griffes de Rax Hor, le Juge Gordien qui l’a condamné.

Allan : Nombre de volumes prévus ?

Pierre : L’écriture d’un cycle est loin d’être une science exacte. Finalement, Ombramère comptera 4 volumes : Les héritiers de Ghern Arg, La marque des Primans, Le chemin des Larmes et Les dernières marches (titre tout à fait provisoire.)

Allan : Avez-vous d’autres projets en cours que vous voudriez voir concrétisés ?

Pierre : D’abord, terminer Ombramère. Je compte laisser une « porte ouverte » à la fin du tome 4, car le monde de Varg Horn ne cessera pas de vivre après le mot fin d’Ombramère. Ensuite, j’ai bien une ou deux idées, mais il est beaucoup trop tôt d’en parler.

Allan : Un petit scoop sur le tome 3 ?

Pierre : Les Mystères de Ghern Arg continuent de dérouler le destin des héros. Soryane emmène ses compagnons à Kob’Surn et ils y retrouvent Aneldhar, le Sylphar, peuple de forestiers, et Verganise, la fillette apparue lors d’un soir d’orage et convoitée par une étrange créature nommée Ombreux. Garvenar poursuit sa descente aux Enfers avant de découvrir la route qu’il doit suivre. Enfin, Briak, le petit garçon « adopté » par Arayel malgré lui, suivra un chemin différent. Le Chemin des Larmes, ces joyaux pleurés par les Primans avant leur départ, s’ouvre devant les héros qui se mettent alors à leur recherche après avoir décelé le Kruddel Huma.

Laisser un commentaire