inKARMAtions de Pierre Bordage

Une parution de Pierre Bordage est toujours attendue avec beaucoup d’impatience, et InKARMAtions ne fera pas exception à la règle.

Comme le titre le laisse entendre, nous allons entendre parler du Karma, un karma qui est écouté par deux forces qui s’opposent : d’un côté les Seigneurs du Karma, dotés de cette étrange capacité de percevoir la trame karmique dans sa globalité, incluant une perception complète de ce qui existe, a existé ou va exister ; de l’autre côté, un Seigneur des ténèbres bénéficiant aussi de cette capacité à “sentir”.

Et pour réussir à préserver la trame, les Seigneurs du Karma réajustent les attaques subies par les hommes au travers d’un conseil de sages. En s’appuyant sur les Karmacharis, en quelque sorte les bras armés du “bien”, les sages s’opposent aux agents des ténèbres, les Rachkas.

Le gouvernement de coalition mondial avait décrété obligatoire la Personnel Inner Chip pour les vingt milliards d’individus peuplant la terre. Ceux qui ne seraient pas équipés de la puce après le 31 mai 2045 n’auraient plus accès aux banques, ni à a propriété, à la scolarité, à la médecine, aux commerces, aux transports, aux voyages, aux loisirs, aux élections, aux réseaux, à l’aide sociale, et seraient considérés comme une sous-humanité obscurantiste et insignifiante.

Et c’est en compagnie de Alyane, Karmachari un peu rebelle, que nous débutons l’aventure, alors qu’elle se retrouve à devoir s’assurer que les Rachkas n’assassinent pas Adolf Hitler… Etrange mission pour protéger l’humanité ! Mission qui tombe d’ailleurs à un moment où de plus en plus de questions se posent quant à la capacité du Conseil des Sages : sont-ils encore capables de faire les bons choix ?

D’abord dans un monde très manichéen, les karmacharis d’un côté oeuvrant pour le bien et de l’autre les rachkas voulant semer le chaos, le récit va rapidement prendre un chemin plus étrange et plus subtil grâce au choix des personnages vivant les péripéties. La première est donc Alyane, jeune femme au caractère bien trempée, affectée très fortement par la condamnation de celui qui fut son conjoint caché, condamnation qui a voué ce dernier à un cycle de réincarnation. Le deuxième personnage est Djegou, meilleur ami de la jeune femme et amoureux en cachette, qui semble porter un très lourd secret. Et enfin, dans le peuple qui aide les Karmacharis à préparer leurs missions, Lumik semble doté d’une pureté qui pourrait être utile dans la situation actuelle.

Ces trois personnages vont naviguer au travers de différentes missions qui vont les mener autant dans le passé que dans le futur, et vont essayer de comprendre ce qui se passe dans ce conseil des sages qui ne semblent plus en mesure de protéger comme il le devrait l’humanité. Ces voyages vont permettre de mettre le doigt sur ce qui se trame et notamment sur le fait que les Rachkas semblent sur le point de lancer une attaque de grande ampleur… Et c’est là que la manichéisme que j’évoquais plus haut tend à se distendre : les représentants du bien et du mal ne sont pas nécessairement ceux que nous aurions pu croire en premier abord, et cette découverte, Pierre Bordage nous l’amène avec beaucoup de prudence, par petites touches, avec son talent de conteur habituel.

Les hommes n’avaient besoin de personne pour s’infliger les pires tourments. Leurs peurs les transformaient en bêtes féroces, leur histoire n’était qu’une longue litanie de massacres, de violences, de complots et de trahisons.

Parmi les thématiques abordées, le contrôle de la population et ses conséquences seront au cœur de l’attaque des Rachkas, mais pas de divulgachage, vous pourrez le découvrir par vous-mêmes dans la seconde partie de l’histoire !

Pour compléter cette chronique, je préciserai néanmoins que j’ai mis quelques pages à rentrer dans l’histoire, ces sauts dans le temps m’ayant déstabilisé dans un premier temps… avant de me permettre de mieux comprendre les enjeux de cette guerre. Alors, si vous ressentez la même chose, poursuivez un peu.

Editions Leha (20 Septembre 2019) – 451 pages
Couverture : Didier Graffet

Opposés dans un affrontement qui semble sans fin, karmacharis et rachkas s’affrontent depuis la nuit des temps. Dans l’ombre, le souverain des abîmes et ses sbires, les rakchas, s’acharnent à précipiter l’humanité dans le néant tandis que les seigneurs du Karma veillent à sa survie et envoient leurs karmacharis pour intervenir dans les affaires humaines lorsque la trame karmique est déséquilibrée, qu’elle menace d’entraîner l’humanité et la Création tout entière à sa perte. Un conflit qui nous entraîne à travers le temps : passé, présent ou futur, moyen-âge, préhistoire, antiquité, colonisation spatiale, guerres futures, XXe siècle… Mais le souverain des abîmes semble avoir trouvé le moyen de porter un coup fatal à l’humanité et d’obscurcir la légendaire clairvoyance des Seigneurs du Karma dont le Vimana lui-même semble gangrené de l’intérieur. Les Sages du Conseil, les administrateurs du Vimana, ne seraient-ils pas les premiers alliés du souverain des abîmes et de ses démons ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *