La terre bleue de nos souvenirs d’Alastair Reynolds

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 8.0/10 (1 vote pris en compte)

9782352948759FSLes enfants de Poséidon – Tome 1

La famille Akinya est connue dans l’univers entier du fait de l’Empire industriel construit par Eunice pionnière dans le domaine de la conquête spatiale. Toute la famille travaille dans le même but d’étendre la zone d’influence de cet empire, excepté Sunday, artiste s’étant installé sur la face cachée de la lune pour échapper à la surveillance permanente du Mécanisme et Geoffrey qui préfère travailler sur les éléphants d’Afrique.

Mais la mort de l’aïeule va changer la donne et le jeune homme va se retrouver impliquer dans des histoires que la famille aurait bien aimé laisser caché…

Mais ce changement de climat, le réchauffement de l’Anthropocène, c’est aussi un déplacement forcé, il me semble. Un autre déclic. Mais nous sommes si proches de son début que nous ne pouvons pas encore voir où il va nous mener.

Premier roman d’Alastair Reynolds que je lis, j’avoue avoir été surpris par le savant mélange des genres fait par l’auteur dans ce roman qui est plus un thriller finalement qu’un space opéra. Les personnages de Geoffrey et Sunday, par leur côté opposé à l’ordre établi, sont dès le départ intéressants, sentiment largement renforcé par la richesse et la finesse que leur donne l’auteur.

Dans ce roman où les indices succèdent aux indices, nous voyons toute l’évolution de la race humaine entre la conquête spatiale et les sacrifices qu’il a fallu faire pour y parvenir, les hommes augmentés peuvent désormais projetés leurs esprits dans des doublures, certains hommes ont décidé de retourner dans la mer, créant une seconde race humaine, mais surtout, les hommes sont surveillés en permanence par le Mécanisme, qui permet d’éviter guerre et crime.

Les découvertes seront étonnantes, et l’ensemble est optimiste, avec une action qui tourne beaucoup autour de l’Afrique.

Bragelonne (Juin 2015) – Science-Fiction – 25,00€ – 571 pages – 9782352948759
Couverture : 
Shutterstock.
Traducteur : Laurent Queyssi
Titre Original : Blue Remebered Earth (2012)

La Terre, XXIIè siècle. Le Mécanisme sait tout. Où vous êtes. A quoi vous pensez, ce que vous ressentez. Le crime n’existe pas. Vous êtes en sécurité. Mais dans une telle utopie, garder un secret peut s’avérer très dangereux. 

Ayant profité de l’essor économique de l’Afrique jusqu’à prendre part à l’exploration spatiale, la famille Akinya est à présent à la tête d’un vaste empire industriel. Mais Geoffrey et Sunday Akinya ne veulent rien avoir affaire avec cet héritage. Geoffrey mène des recherches sur l’intelligence des éléphants à l’ombre de Kilimandjaro, et sa soeur poursuit une carrière artistique, hors de portée du Mécanisme, sur la face cachée de la Lune. 

Mais la mort de leur grand-mère va les projeter dans une course désespérée contre leur propre famille et d’autres puissances à l’affût d’un terrible secret… Une révélation qui pourrait bien faire voler cet univers idyllique en éclats. 

La terre bleue de nos souvenirs d'Alastair Reynolds, 8.0 out of 10 based on 1 rating

1 commentaire sur “La terre bleue de nos souvenirs d’Alastair Reynolds”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *