Le Chant des Stryges de Corbeyran/Guérineau (BD) saison 1 (6 tomes)

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 0.0/10 (0 votes pris en compte)

Depuis la nuit des temps, dans chaque civilisation, les hommes rapportent d’étranges rencontres avec des créatures diaboliques. Tantôt griffons, tantôt vampires, les Stryges ont traversé les siècles parmi nous.

Esprits nocturnes et malfaisants, femmes au corps d’oiseau, elles peuvent prendre forme humaine pour séduire les mortels et épuiser leur vitalité jusqu’à la mort. Divinités désincarnées, cruelles et sanguinaires, elles errent la nuit pour sucer le sang et dévorer la chair des nouveaux nés endormis.

Par extension, au cours des siècles, le terme Stryge s’est étendu à tout ce que l’homme craint : diable, sirènes, vampires… jusqu’aux extraterrestres.

 

Cette série est particulièrement complexe, mèlant du fantastique et du thriller/policier plus classique. La première saison mélange des terroristes visant le Président des USA, un groupuscule qui le protège, une ambiance militaire à la Roswell (base dans le désert où on nous cache des choses…) et une promenade autour du monde à la poursuite des maigres indices laissant croire à l’existence de ces Stryges, créatures ailées malfaisantes.

Un duo improbable, composé d’un homme en charge de la protection du Président et d’une femme aussi belle que dangereuse (mieux dessinée que lui d’ailleurs) va chercher à en savoir plus.

Cette première saison s’étend sur 6 tomes, dont j’ai beaucoup aimé le dessin, réaliste et au découpage servant bien le suspense, et se termine en répondant à beaucoup de questions tout en en posant d’autres. La saison est suivie d’une deuxième déjà terminée et une troisième est actuellement en cours (janvier 2012). Autant dire qu’on ne lache pas une série qui gagne.

Plus qu’une série, c’est d’ailleurs tout un univers qui a été construit par le scénariste avec 4 autres séries dans le même univers associant d’autres dessinateurs. Les couleurs ont été confiées à 5 personnes différentes pour l’instant et les rééditions rendent un peu difficile la lecture d’une série homogène d’un bout à l’autre.

On pardonnera cependant la longueur du récit au vu de la qualité de l’intrigue. à éviter pour les amateurs de one-shots, mais pour ceux qui aiment les univers étendus, une belle série à découvrir ou redécouvrir.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *