Les hommes dénaturés de Nancy Kress

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.0/10 (1 vote pris en compte)

Nous vous avons présenté il y a peu l’une rêve, l’autre pas de Nancy Kress qui alertait sur le danger des manipulations génétiques. Dans Les Hommes dénaturés, la problématique est différent : le monde est en danger car la fertilité humaine a chuté au-delà du raisonnable et les jeunes sont devenus une denrée plus que rare.

Au-delà du vieillissement de la population, qui est nécessairement induit, nous avons aussi une évolution majeure des relations humaines, les animaux de compagnie, tel le chien et le chat, sont de plus en plus traités comme les enfants qu’on sait ne plus être en mesure d’avoir.

Dans ce monde en pleine déliquescence, Shana souhaite intégrer l’armée et c’est alors qu’elle assiste une opération militaire qu’elle verra une chose qu’elle n’était pas censée voir. Cette rencontre inattendue va évidemment avoir un impact sur l’avenir qu’elle s’était tracée.

Oui. L’orgueil mène le monde… mais l’orgueil n’existait plus de nos jours. Il n’y avait que la responsabilité partagée.

Mais dans elle entraînera dans cette histoire le danseur Cameron, un danseur de ballet qui a effacé sa mémoire volontairement et Nick Clementi, un vieil homme scientifique qui se bat pour que soit reconnu la raison de cette situation…

Et comme vous l’imaginez assez facilement, la parentalité étant inhérente à l’humanité, des substituts sont proposées à ceux qui souhaiteraient être parents, et les animaux sont de ce fait des alternatives intéressantes. Mais pas que, car dans ce monde en pleine dépression, l’éternelle loi de l’offre et de la demande va pousser des personnes peu honnêtes à des extrémités que je vous laisse le soin de découvrir.

Au-delà de la réflexion sur la perte de fertilité, le sujet des perturbateurs endocriniens, cause réelle mais non reconnue, c’est tout le poids des lobbies qui est ici montré. Malgré l’évidence, nous n’arrêtons pas parce que ce n’est économiquement pas possible. Pire, l’Etat ne trouve aucune solution pour renverser la vapeur. A quoi est-on prêt pour résoudre l’insoluble ? Quelles extrémités sommes-nous prêts à atteindre ? Cela fait partie des questionnements…

Il y sera aussi question d’homophobie, à travers du personnage de Cameron et de résistance / devoir d’alerte à travers le personnage de Nick.

Un roman bien construit, à plusieurs niveaux de lecture et terriblement ancré dans notre actualité… ou du moins qui pourrait se révéler trop réel dans quelques années.

ActuSF (Octobre 2018) – 323 pages – 16.00€ – 9782366299113
Traduction : Jean-Marc Chambon (Etats-Unis)
Titre Original : Maximum Light (1998)
Couverture : Cindy Canévet

2030. La fertilité a chuté dangereusement. La vieillesse est devenue la norme, et les jeunes de précieuses ressources nationales.

Dans ce nouveau contexte mondial, la descendance devient une obsession.

Shana, orpheline, voit ses rêves d’intégrer l’armée voler en éclats lorsqu’elle entrevoit ce qu’elle n’aurait pas dû. Lancée dans une quête acharnée pour retrouver sa place, elle croise la route de Cameron, danseur de ballet qui n’a eu d’autre alternative que d’effacer délibérément sa mémoire. Ils trouveront secours auprès du scientifique Nick Clementi, qui craint d’avoir mis le doigt sur une grande conspiration.

Commence alors pour chacun d’entre eux un combat pour rétablir la vérité.

Jusqu’où est-on prêt à aller lorsque les enfants manquent à l’humanité ?

Les hommes dénaturés de Nancy Kress, 9.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *