American Elsewhere de Robert Jackson Bennett

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.0/10 (1 vote pris en compte)

American Elsewhere est une des premières parutions de la toute jeune collection Imaginaire d’Albin Michel (avec La Cité de l’Orque de Sam J. Miller, Les étoiles sont légions de Kameron Hurley, Anatèm de Neal Stephenson ou encore Mage de bataille – tome 1 de Peter A. Flannery).

Intrigué par le quatrième de couverture, j’ai plongé très rapidement dans le récit proposé par Robert Jackson Bennet qui va nous faire accompagner Mona Bright. Cette jeune femme porte un lourd passé, qui l’a conduite d’abord à avoir une vie familiale compliquée, puis un métier de flic qui ne l’était pas moins et une vie conjugale qui n’a pas beaucoup brillé elle non plus… Démarrage assez classique me direz-vous, et je vous le concède.

L’héritage de son père lui fait hériter, par ricochet, d’une maison venant de sa mère, suicidée bien des années auparavant. Mona ne connaît peu de choses de sa mère et n’avait pas connaissance de ce passé dans le village de Wink. Etant toujours sur la route, elle décide de rejoindre ce patelin pour en apprendre plus.

L’auteur nous guide donc sur la route de ce coin perdu du Nouveau-Mexique, qui est introuvable, comme s’il avait été volontairement occulté de toutes les cartes, de toutes les mémoires et c’est avec difficulté qu’elle se retrouve en pleine ville… atterrissant en plein enterrement.

Le roman va enchanter ceux qui sont amateurs des titres de Stephen King ou encore Graham Masterton, d’une ambiance qui rappelle d’une certaine façon les films de Carpenter ou plus récemment une série comme Stranger Things… Mais il ne s’agit absolument pas ici de dire que nous avons une pâle copie : l’ambiance nous permet de découvrir petit à petit l’envers d’un décor qui va faire intervenir de nombreux paramètres, de nombreux groupes de pression, travaillant chacun pour ses propres intérêts, pas forcément tous très clair.

Et au milieu de cette forme de tension, et disons le clairement de guerre, Mona va rajouter une touche d’instabilité en essayant de percer le mystère de son passé.

Un roman donc qui marque une entrée intéressante d’Albin Michel sur le périmètre Imaginaire (enfin officiellement du moins). Un roman creusé, avec une gestion savoureuse de la tension scénaristique et une Mona qui tient son rôle de “mauvaise fille”…

Albin Michel (26 septembre 2018) – Imaginaire – 784 pages – 29,00€ – 9782226436641
Traducteur : 
Laurent Philibert Caillat
Titre Original : American elsewhere (2017)
Couverture : Aurélien Police

Veillée par une lune rose, Wink, au Nouveau-Mexique, est une petite ville idéale. À un détail près : elle ne figure sur aucune carte. Après deux ans d’errance, Mona Bright, ex-flic, vient d’y hériter de la maison de sa mère, qui s’est suicidée trente ans plus tôt. Très vite, Mona s’attache au calme des rues, aux jolis petits pavillons, aux habitants qui semblent encore vivre dans l’utopique douceur des années cinquante. Pourtant, au fil de ses rencontres et de son enquête sur le passé de sa mère et les circonstances de sa mort (fuyez le naturel…), Mona doit se rendre à l’évidence : une menace plane sur Wink et ses étranges habitants.

American Elsewhere de Robert Jackson Bennett, 9.0 out of 10 based on 1 rating

1 commentaire sur “American Elsewhere de Robert Jackson Bennett”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *