Le Grand Secret de René Barjavel

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 7.8/10 (6 votes pris en compte)

Un beau jour de 1955, Nehru, premier ministre de l’Inde est dérangé en plein conseil des ministres par un appel téléphonique. 10 mn plus tard, il était parti à Bombay où l’attendait son ami le professeur Bahanba qui lui révèle sa dernière découverte. Le premier ministre décide d’entamer aussitôt une tournée diplomatique qui le ménera en Chine, en Allemagne, en France, en Grande Bretagne, en Urss et aux Usa. A chaque fois, il se met d’accord avec les chefs de l’état, mais à propos de quoi?

Un peu partout dans le monde, des hommes et des femmes commencent à disparaître. Tous des sommités dans leur profession : médecin, physicien, mécanicien, hôtelier ou radio. Généralement, ils sont associés à un grand incendie qui implique aussi leur famille, voire des proches. On ne retrouve aucune trace des ravisseurs ou des incendiaires. Jamais.

Jeanne est la femme d’un grand professeur âge de 20 ans de plus qu’elle. Et elle s’ennuie. C’est pourquoi elle tombe amoureuse d’un autre homme, roland, qui est plus jeune de 2 ans et est comme elle chercheur. Mais un jour, le professeur chef du service de Roland disparaît lui aussi, et Roland prend sa place. Peu après, lui et ses assistants périssent dans un mystérieux incendie. Le même jour, Jeanne est victime d’une tentative d’enlèvement mais parvient à échapper à ses aggresseurs. Elle rencontre alors Samuel Frend, un espion américain. Il lui révèle que Roland n’est pas mort. S’engage alors une immense course-poursuite de 17 ans. Mais le temps ne veut désormais plus rien dire.<br ><br >Etienne :Barjavel est un garnd écrivain de science fiction (La Nuit des temps, Ravage), de policiers (le génial « La Peau de César ») et de fantasy (le chiantissime « Les Dames à la Licorne »).
Il signe en 73 ce roman qui prétend eclairer d’un sens nouveau le comportement des grands de ce monde : le Grand Secret (notez les majuscules).
Hélas, si l’on excepte le début du livre et la fin archi-prévisible, le Grand Secret n’est souvent que le grand ennui, qui nous donne l’envie irrésistible de nous replonger avec délectation et soulagement dans « La Nuit des Temps »…

Orcusnf : Tiens, mais Barjavel est un grand oracle méconnu!! Il connait les causes de toutes les actions diplomatiques et

politiques des grands chefs d’états, même la cause de l’assassinat de Kennedy ou du refus de de Gaulle de céder aux manifestants de mai 68!! Fortiche hein, non surtout très imaginatif, jusqu’à l’excès peut être.

Oui, il ne faut pas se leurrer, Barjavel n’est au fond qu’un vieil idéaliste, qui croit encore une fois pouvoir nous donner une vision du paradis. Ravages, une rose au paradis, le grand secret, autant de moyens de nous donner sa vision de ce qui est pour lui un monde heureux. Toujours la même obsession pour l’enfermement des héros, ce que certains pourrait prendre pour une réminiscence littéraire de sa xénophobie, mais n’est peut être qu’un vieux topos qui marche et dont il use et abuse, puisqu’il lui garantit le succès!

Bien sûr, on invente une grande catastrophe qui menace l’humanité, ne changons pas de recette, on crée une équipe internationale, toujours pareil, on mélange tout ça dans un lieu confiné, nickel, et on mélange. On obtient? Un barjavel, rien de moins.

Bon, d’accord, j’abuse un peu là, mais quand même… Néanmoins, j’ai quand même plus aimé que étienne. ( vous me direz, c’était dur de moins aimer!) Mais le grand secret réussit quand même à vous entrainer dans une histoire qui, si elle est facilement prévisible, n’en reste pas moins intéressante. Bien sûr que ça finit par une catastrophe, on ne lirait pas Barjavel sinon, mais on peut s’amuser à le parcourir tout en lisant la fin.

Car au moins, ce qui ets imprévisible, c’est l’élément perturbateur. Quand on y réfléchit ultérieurement, on se dit que des indices avaient été laissées ici ou là, mais c’est comme dans un roman policier. Tout est évident, mais on ne voit jamais rien.

Quoiqu’il en soit, je trouve que le livre n’est pas dénué d’humour, teinté d’une légère ironie envers les hommes politiques. Rien de bien révolutionnaire, mais ça ne fait pas de mal. Par contre, l’humour est vite contrebalancé par la tristesse de la 2e partie et toutes les remises en cause qui vont avec, même si certains moments pourront vous attendrir.

En fait, on a aussi parfois l’impression d’assister à une conférence philosophique. Notamment l’état de nature de l’homme que l’on pourrait rencontrer chez un Hobbes ou un Rousseau. Là non plus rien de bien profond, mais c’est plutôt fidèle. Au fond, l’homme barbare n’est qu’un égoïste qui ne vit que pour assouvir ses désirs, sans songer au bien être général. De plus, il n’a aucune morale ni pudeur, il est innocent car ignorant, mais est un pécheur aux yeux de dieux. Une fois que vous avez compris ça, c’est bon. C’est même le remake de la Genèse, avec l’attrait de la grossesse comme pomme, la curiosité étant véritablement un défaut dans ce cas là. Sacré Barjavel quand même, la théologie, il sait faire, c’est de la vulgarisation religieuse, ça mérite au moins une excommunication ça!!

Quoi qu’il en soit, le livre n’est pas si mal en lui même, et vous pourrez passer un bon moment à le lire. Ce n’est pas le meilleur, mais le sujet est tout de même original par ce qu’il se propose d’expliquer. Lisez le, mais n’en faites pas non plus un chef d’oeuvre inoubliable, ce que vous comprendrez à la lecture d’ailleurs.

Presses de la Cité (Novembre 2012) – 312 pages – 20.00€ – 9782258099722
Couverture : Didier Thimonier

Le Grand Secret nous entraîne dans l’histoire d’un couple séparé par un extraordinaire événement, puis réuni dans des circonstances que jamais unmhomme ou une femme n’ont connues. C’est aussi l’histoire d’unm ystère qui, depuis 1955, a fédéré à l’insu de tous dans une angoisse commune, au-delà des oppositions, des idéologies et des impérialismes, les chefs des plus grandes nations : de Gaulle, Nixon, Kennedy, …

Le Grand Secret, c’est enfin la plus grande peur et le plus grand espoir du monde. 

Pocket (Mars 1994)376 pages 4.00 € ISBN : 2-266-02304-7

« Le Grand Secret », c’est l’histoire d’un couple séparé par un extraordinaire événement, puis réuni dans des circonstances telles que jamais un homme et une femme n’en ont connu de pareilles. C’est aussi l’histoire d’un mystère qui, depuis 1955, a réuni, à l’insu de tous, dans une angoisse commune, par dessus les oppositions des idéologies et des impérialismes, les chefs des plus grandes nations. C’est ce « grand secret » qui a mis fin à la guerre froide, qui a été la cause de l’assassinat de Kennedy, qui rend compréhensible la disparition de De Gaulle en mai 1968, qui a rendu indispensable les voyages de Nixon à Moscou et à Pekin.
Il n’a rien à voir avec la guerre ou la bombe H. C’est le secret de la plus grande peur et du plus grand espoir du monde. Il ne faut pas oublier que c’est un roman. Mais si c’était vrai ?…

Le Grand Secret de René Barjavel, 7.8 out of 10 based on 6 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *