Chimera de Nicolas Skinner

Je découvre avec Chimera de Nicolas Skinner les éditions Livresques et donc un éditeur de l’imaginaire. Le récit de Nicolas nous plonge dans un premier temps en Bretagne avant de nous faire voyager dans le monde entier.

Un nuage de nanotechnologie

Tout commence par un nuage de nanotechnologie survolant la Bretagne et notamment la petit ville de Lanvien. La cible est une femme, nouvellement enceinte, qui permettra à la technologie de s’incorporer facilement dans l’embryon que sera demain Damien. Rapidement, nous découvrirons que cette “invasion” aura des conséquences sur le développement de l’enfant mais aussi plus tard sur sa vie d’adulte.

Nous le suivons dans les premiers pas de sa vie, coincé entre un père alcoolique et violent et une mère qui a abandonné le combat. C’est aussi un enfant martyrisé par ses camarades de classe, mal dans sa peau et qui va découvrir petit à petit qu’il est un peu étrange. Malgré cette violence qu’il subit quotidiennement, il ne résiste pas et semble totalement détaché de son vécu, sous le regard complice d’adultes qui semblent complètement dépassé.e.s par le petit gang qui s’acharne jour après jour sur lui. A peine voit-on une forme de réaction du jeune garçon dans un geste déplacé de son père.

Et c’est après quelques chapitres (et pratiquement au quart du roman quand même) que le pétage de plomb décrit dans le quatrième de couverture arrive et va sceller ou en tout cas mettre en exergue qu’il y a au plus profond de l’être de Damien. Une force irrépressible qui finira par conduire à un drame et à la mort de 5 de ses camarades et le poussera, après une rencontre étrange, à fuir…

Un thriller mondial, empli de mystère

La raison de cette transformation du jeune homme reste le point de mystère qui poursuivre pendant une grande partie du roman. Bien sûr, nous comprenons dès le départ que ce nuage inconnu va être l’élément déclencheur des événements qui vont noircir la vie de Damien et nous sommes plus que passionnés, dès les premières pages par une soif de compréhension : fuite expérimentale ? Attaque d’une puissance étrangère ? Tout nous semble possible !

Nicolas arrive à nous entraîner dans cette histoire avec un personnage bien construit, bien que je sois resté un peu surpris par son réaction face aux attaques qu’il subissait, et qui va devoir faire face à ce qu’il n’ose imaginer. Et j’avoue avoir été clairement entraîné !

Mais ça dérape. Pourtant, j’aurai du le voir venir au vu prologue… L’explication de ce nuage et les conséquences sur Damien arrive relativement tôt, avec l’apparition des hommes imberbes au teint pâles. A partir de ce moment-là, j’avoue avoir décroché beaucoup, d’abord parce que je n’ai pas vraiment accroché à cette explication, mais aussi parce que le discours est devenu un peu trop écolo-moralisateur (je vous laisse découvrir pour ne pas vous gâcher) et que finalement, nous avons une précipitation de rebondissements et contre-rebondissements qui m’ont semblé un peu gros.

C’est dommage, cette fin et ce ton en fin de roman m’ont un peu mitigé mon plaisir… Même si je retiens globalement un récit dynamique, bien construit et sympathique.

Livresque Editions (Janvier 2021) – 407 pages – 19,90€ – 9782379602054
Couverture : Thibault Beneytou

En Bretagne, de nos jours, une technologie inconnue et invisible modifie la structure cellulaire de Damien, alors qu’il n’est encore qu’un embryon dans le ventre de sa mère.
Quinze ans plus tard, Damien est pris d’un accès de folie et tue cinq élèves de sa classe. C’est un massacre.
S’ensuit une fuite effrénée à travers le monde entier, durant laquelle il sera poursuivi sans relâche par les forces de l’ordre, mais aussi par une organisation secrète et de mystérieux hommes imberbes au teint pâle…

Laisser un commentaire