33e Itération d’Yvan Bidiville

VN:F [1.9.22_1171]
Moyenne : 9.0/10 (1 vote pris en compte)

Dans une Suisse désormais fasciste, les implants cérébraux se sont développés et font partie du quotidien. Léo Siegfried, inspecteur de police, a lui aussi un implant mais particulièrement ancien. Chargé d’une enquête sur un tueur en série qui s’attaque aux personnes à l’initiative de la création des implants IMProve, sous contrôle de la société Grown, l’inspecteur se voit concurrencer par 2 détectives employés directement par l’entreprise.

Obligé de compenser les défaillances de son implant par de la drogue, Léo devra faire face aussi aux éléments que la société souhaite cacher.

Les investigations cérébrales post-mortem sont un sujet plus délicat. Pour l’instant, le procédé est toujours au stade expérimental. La phase de test n’est pas achevée et aucun projet n’a encore été soumis au parlement. Il reste également  à discuter du problème du repos des défunts avec les autorités religieuses. Cela dit, je pense que ce nouvel outil saura très vite faire ses preuves, notamment dans certains cas d’enquêtes criminelles…

33è itération est un roman étrange : il nous plonge en même temps dans une science-fiction politique, scientifique tout en nageant dans le thriller et la paranoïa… Yvan Bidiville, jeune auteur suisse, raconte une vision de la Suisse à venir dans laquelle la peur a plongé le pays dans une islamophobie extrême avec volonté d’éradication… Avenir sombre s’il en est, rendu d’autant plus crédible que certains partis helvétiques ont fait parler d’eux avec les mêmes idées que celle du gouvernement montré dans le roman…

C’est dans cette ambiance délétère que l’inspecteur Siegried mène l’enquête, une enquête rendue difficile par les cibles choisies : les responsables de l’essor des implants cérébraux, omniprésents et agissant sur le quotidien des citoyens, avec comme but affiché d’améliorer les capacités mais ayant des conséquences plus nocives comme une altération de la réalité.

Ce roman est paranoïaque : il n’est pas évident de savoir qui est qui et vos sens peuvent jouer contre vous, entraînant des situations mortelles et rarement contrôlable. Les intérêts privés prime sur le bien public et tout ce que vous pourrez faire ne parviendra souvent qu’à aggraver la situation. Léo en a conscience, lui qui tente de résoudre cette enquête pour ne pas être dépassé et pouvoir avoir un implant plus récent lui permettant de poursuivre une carrière mise à mal par ses addictions.

Rien ne lui sera épargné, préparez-vous à vous perdre dans les méandres de son esprit !

Black Coat Press (Octobre 2012) – Rivière Blanche – 270 pages – 20.00€ – 9781612271323
Couverture
: Sylvain Demierre

Lausanne, 2035. Dans une Suisse fasciste et islamophobe, les prothèses cérébrales sont omniprésentes. Elles apportent le savoir et symbolisent la réussite.

Léo Siegfried est un inspecteur en bout de course : son implant est dépassé depuis des années et seules les drogues lui permettent de suivre le rythme imposé par les jeunes recrues. Mais il connaît l’identité d’un tueur en série insaisissable, l’usurpateur, l’assassin des inventeurs de la prothèse IMProve, et il n’a plus qu’à le démasquer pour obtenir la mise à jour hardware dont il a désespérément besoin. Mais son esprit sera-t-il assez fort pour traverser la 33e ITERATION?

 

33e Itération d'Yvan Bidiville, 9.0 out of 10 based on 1 rating

1 commentaire sur “33e Itération d’Yvan Bidiville”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *