Le garçon et la ville qui ne souriait plus de David Bry

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas parlé de David Bry et c’était à l’époque pour 2087. Nous le retrouvons ici pour un roman paru en octobre aux éditions Lynks, un roman dystopique de qualité et appuyé par un certain nombre de goodies que j’ai reçu avec le livre qui le mettent bien sûr en valeur.

Nous découvrons le jeune Romain, fils de la haute société, en train d’espionner ce qui ressemble (et nous verrons que c’est bien le cas) à une Cour des Miracles. Dans les premiers temps, la compréhension de la société nous échappe même si nous comprenons très vite que cet intérêt du jeune homme pour ces exclus de la société n’est pas dans la norme…

Tiens, puisque nous parlons de normes, c’est bien de cela dont il est finalement question tout au long du roman puisque l’église a réussi à imposer cette vision de la normalité qui va exclure toute forme de différence : le handicap, qu’il soit physique ou psychologique ; la différence, par exemple le surpoids ; mais aussi l’homosexualité par exemple. Et toutes ces personnes rejetées, qui composent cette fameuse Cour des Miracles, sont cantonnées sur l’île de Notre Dame comme s’il était important d’éviter la contamination.

Qui sommes-nous, pour décider de ce qui est normal ou pas ? Qui sommes-nous pour décider qui doit vivre dans notre société, et qui ne le doit pas ? Et sous quel prétexte ?

Dans cet univers sombre, le jeune homme doit donc faire face à sa propre différence et va se retrouver confronté à un dilemme important : rentrer dans le moule et rejeter sa vraie nature ou lutter et résister face à ce déni d’humanité ?

A travers un récit rythmé, David Bry nous présente ce monde qui est tellement proche du notre, et que nous souhaiterions voir bien plus loin, avec ce rejet de la différence et cette police de la Norme. David nous montre que le jeune Romain est aux prises entre une famille intégrée dans cette société du rejet tout en voulant s’en extraire. Il y ait bien sûr beaucoup question d’humanité, de foi aussi puisque c’est elle qui est à l’origine de cette situation. Il y est bien sûr question de résistance et de collaboration. Un livre jeunesse riche et bien conçu qui va vous tenir en haleine.

Le format intégrant des extraits de textes de lois, de journaux, … en amont des chapitres nous plonge au fur et à mesure dans la réalité de ce qui se passe dans ce Paris très XIXème :).

Editions Lynks (Octobre 2018) – 362 pages – 16,90€ – 9791097434229
Couverture : Miesis – Sylvie Veyres

Romain fuit chaque nuit sa demeure bourgeoise et confortable, pour rejoindre la Cour des Miracles où vivent les anormaux – fous, difformes, obèses, et autres parias parqués là par les Lois de l’Église. Le soir de ses quinze ans, il découvre qu’un terrible complot vise les habitants de la Cour.
Des coupe-gorges de Mouffetard aux ruines de Notre-Dame, il devra compter sur son ami Ambroise, sur Joséphine, Lion et Akou, pour lever le voile sur la conjuration et échapper aux terribles Lames Noires, à la solde de l’archevêque de Paris.
Dans un monde assombri par la peur et l’intolérance, le salut peut-il venir de quelques adolescents en quête d’amour et de liberté ?

1 commentaire sur “Le garçon et la ville qui ne souriait plus de David Bry”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *