Interview : Joel Ollivier

Réalisée par :mail
Date :avril 2006
Joël vient de recevoir les exemplaires “papier” du Choix de Silla qui a déjà fait parler de lui ! Rencontre avec l’auteur

Allan : Joel bonjour et merci d’avoir accepté de répondre à quelques unes de nos questions. Pour commencer, j’aimerais que tu te présentes à nos visiteurs si cela ne te pose pas de problèmes.
Joël : J’ai 43 ans, 1 femme, 3 enfants. Je travaille dans l’informatique. J’habite à Plabennec près de Brest. J’aime bien le sport, les jeux, le hard-rock, les indiens d’Amérique et tout ce qui tourne autour du fantastique. Je m’intéresse à l’écologie, à la langue bretonne, à Linux et aux logiciels libres en général. J’ai commencé à écrire des romans pendant mes temps libres il y a environ 4 ans.

Allan : Alors, pour se lancer dans une telle aventure, tu as du être réellement marqué par certaines lectures : quels sont tes maîtres à écrire ?
Joël : Je pense que j’ai été plus influencé par le cinéma (Alien, Conan (le premier), Highlander (le premier), Mars Attack, Excalibur, Le seigneur des Anneaux (le premier) et surtout Blade Runner) que par mes lectures. J’ai beaucoup lu entre le CP et le BAC, je pense que c’est la meilleure façon d’apprendre à maîtriser la langue, mais au niveau influence je n’ai pas l’impression qu’il reste grand chose. Je me souviens tout de même avoir bien aimé Bob Morane, Jules Vernes, Rahan (BD). Plus récemment j’ai découvert Terry Pratchett et Fred Vargas, Kid Paddle et Thorgal.

Allan : Parlons maintenant du cycle d’Alimar : comment t’es venu l’idée de créer cet univers ?
Joël : Avant de me mettre à écrire des romans, j’ai organisé des petits jeux de rôle (grandeur nature) pour mes amis, plus récemment j’ai participé à un PBEM (www.heat27.com). En ces occasions, entre autres, j’ai écrit des scénarios, des comptes-rendus, des règles de jeux, etc. Tout cela tournait toujours autour du fantastique ou de la science-fiction. Il est arrivé un moment où plusieurs conditions se sont trouvées réunies : j’avais besoin de m’aérer la tête, je m’étais habitué à écrire un peu tous les jours (PBEM) et puis Jeannine (la fameuse femme dont j’ai évoqué l’existence en réponse à la première question) m’y a un peu poussé (à écrire). Quant à l’univers je suppose qu’il s’est bâti tout seul aux gré des influences auxquelles j’avais été soumis jusque là. Le « processus créateur » 🙂 est très visuel, j’essaie d’imaginer des lieux ou des personnages et je décris ce que je vois dans ma petite tête de radis creux. Ensuite j’essaie de rendre tout cela cohérent.

Allan : Pourquoi avoir fait le choix du web pour le lancer ?
Joël : Je n’ai pas vraiment choisi ! Le web s’est imposé pour de multiples raisons :
 Je travaille dans l’informatique (dommage de ne pas en profiter) ;
 Un site web est un moyen pratique de fournir des informations aux lecteurs (sur le roman lui-même et sur la démarche (licence, auto-édition, news)), c’est une carte de visite, un moyen de discussion et de promotion ;
 Je voulais proposer mon roman en téléchargement (cf question suivante) ;
 C’est un moyen de diffusion large (au delà du Finistère nord, le monde est à moi :-))

Allan : Sur le site http://www.cycledalimar.org , on peut trouver en libre téléchargement ton texte. Cela sera-t-il toujours le cas ou uniquement le temps de trouver un éditeur disons plus classique ?
Joël : Je propose mon roman en téléchargement pour plusieurs raisons :
 Je veux donner aux gens l’occasion de se faire une idée avant d’acheter. Je ne veux surtout pas faire de déçus ;
 Je suis conscient que tout le monde n’a pas les moyens d’acheter des livres, par contre de plus en plus de gens ont accès à internet ;
 La loi ne peut pas tout régler. Je trouve intéressant de mettre les gens devant des choix, les amener à s’interroger : que se passera-t-il si ceux qui ont les moyens de choisir (ici : acheter ou pas) se contentent de profiter ? Eh ben y aura pu rien pour personne et pi c’est tout ! :))
 Je suis convaincu que pour l’humanité en général la collaboration est bien plus bénéfique que la concurrence.

Pour ce qui est des éditeurs, j’ai déjà proposé mon roman à quelques-uns d’entre eux (5 pour être précis) : personne n’était intéressé. Cependant si par un fait extraordinaire un éditeur me proposait de s’occuper de mon(mes) roman(s), il y aurait deux préalables à toute négociation :
 Je n’accepterais aucune modification le l’histoire qui me semble motivée que par des raisons commerciales (j’écris pour mon plaisir (et j’espère celui de quelques autres), je préfère vendre 500 exemplaires d’un bouquin qui me plaît plutôt que 200,000 :)) d’un bouquin qui ne me plaît pas) ;
 Je le laisserai en téléchargement sur mon site sous licence Creative Commons (pour les raisons évoquées plus haut).
Bien sûr je pourrais aussi retourner ma veste ! 🙁 Que Chabana me vienne en aide et me donne la force, en ce jour néfaste, de repousser les créatures à la fois sveltes et poumonnées de la tentation. Yo ! :))

Allan : Pourtant, tes écrits ont déjà trouvé leur public : vente dans les grandes surfaces de la forme « papier » (ce qui est rare pour des livres auto-édités), séances de dédicaces… Du coup, on peut se poser la question : N’est-ce pas par choix que tu as choisi ces deux modes de publication ? Prônerais-tu une extension littéraire à l’esprit logiciel libre ?
Joël : Pile poil ! L’idée de « prôner une extension littéraire à l’esprit du logiciel libre » me plaît beaucoup. Ma démarche va je l’espère dans ce sens. Et même si je me plante, je me dis que, de toute façon, à ma modeste échelle, je suis en train d’explorer une voie… Si c’est concluant d’autres en feront peut-être autant… Si ça conduit à une impasse, eh bien j’aurais essayé et d’autres pourront peut-être s’appuyer sur mon expérience pour tenter autre chose.

Allan : Ce qu’on peut constater au vu de ton site, c’est qu’il complète totalement le livre : carte, personnages, peuples… Le web te semble-t-il être un complément indispensable dorénavant à l’écrit ?
Joël : Indispensable je ne pense pas, mais appréciable et pratique certainement. Surtout quand on s’ auto-édite !

Allan : Mais d’ailleurs ces cartes, qui les as faites ?
Joël : C’est moi !:) J’ai utilisé pour cela un logiciel gratuit (du moins à l’époque) qui s’appelle AutoRealm, ce qui m’a permis d’obtenir un tracé des côtes aléatoire. Puis j’ai fait le gros du travail avec un logiciel libre appelé InkScape (logiciel méga-top en pleine évolution).

Allan : Comment présenterais tu l’histoire à nos visiteurs ?
Joël : C’est une histoire qui se déroule dans un univers imaginaire, mais qui ressemble beaucoup au notre : les héros sont humains, il y a l’océan, le soleil, la lune, des arbres, le rythme des saisons, des châteaux, des maisons, des animaux connus ou inventés, bref c’est notre bonne vieille terre mais avec des continents (au moins un) re-dessinés. L’époque est médiévale (autour du 10ème siècle) du moins à l’image de ce que je m’en fais. La mentalité des personnages et leur façon de parler est sans doute plus proche de la nôtre que de celle des gens qui vivaient au moyen-age.
Dans cet univers évoluent deux héros principaux : un mage et un guerrier. J’espère qu’ils sont sympathiques et même s’il ont des qualités et des caractéristiques hors du commun, il ne sont ni infaillibles ni infatigables.
Les méchants sont à l’image des héros, ils sont coriaces, mais ni infaillibles ni invulnérables.

La magie fait partie du contexte, mais pour qu’on s’y retrouve elle est très codifiée. Les mages ne peuvent pas faire n’importe quoi et leurs adversaires le savent.

Normalement, il y a pas mal d’humour :)) , ça se lit facilement et sans prise de tête à part, peut-être, le dénouement qu’il faut attaquer, si possible, après une bonne révision des neurones et un graissage minutieux de connexions synaptiques.

Même si on est sensé s’amuser un peu, j’ai cherché à bâtir une intrigue cohérente.

Je pense que le roman peut convenir aux lecteurs habitués à l’héroïc-Fantasy, mais d’après les premiers échos, ceux qui ne sont pas des adeptes du genre pourront aussi y trouver leur compte.

J’ai écrit ce qui me passait par la tête sans chercher à cibler une classe d’âge en particulier, donc j’espère qu’il peut convenir à tout le monde (Attention quand même : ne le faites pas lire à des enfant de moins de 13 ans sans l’avoir lu vous-même auparavant).

Allan : Tu as déjà annoncé qu’il y aurait 3 volumes.. Plusieurs questions me viennent du coup à l’esprit : La fantasy est forcément trilogique ? Les 2 derniers volumes sont-ils déjà écrits ? Quand seront-ils diffusés et / ou publiés ?
Joël : J’aime bien le chiffre 3. :)) Ça doit se retrouver dans la façon dont je fais mes phrases d’ailleurs. Quand je me suis lancé dans l’impression du « Choix de Silla », j’avais déjà écrit le tome 2 et fait le plan du 3. Je savais donc qu’il y aurait 3 tomes. Pour ce qui est de l’histoire, 2 tomes ça aurait été trop court, et 4 du remplissage. Donc la trilogie, c’est tombé comme ça.

L’idéal serait d’imprimer le tome 2 en Novembre (avant Noël 2006) et le tome 3 en Novembre (avant Noël 2007) :)) Mais bon je ne maîtrise pas tout…

Allan : S’il y a un point sur lequel il faut vraiment mettre l’accent en tant qu’auteur à votre avis : est-ce les personnages, l’environnement ou le scénario ?
Joël : Le « il faut » est dur à gérer…
 Si c’est « il faut » pour plaire au plus grand nombre, je serais tenté de dire l’environnement vu que les deux plus grand succès commerciaux qui me viennent à l’esprit sont « Le seigneur des anneaux » et « Harry Potter », deux séries surtout remarquables par l’environnement.
 Personnellement je ne cherche pas à mettre l’accent sur quoi que ce soit, je suis content de la même façon si je trouve bonne idée concernant le contexte, le trait de caractère d’un personnage ou une façon de rendre mon histoire plus cohérente.

En fait ce qui compte le plus à mes yeux, c’est la sincérité. On trouvera toujours quelque chose de positif dans un roman écrit sans arrière pensée mercantile (ou autre ?).

Allan : As-tu d’autres projets en cours ?
Joël : Rien à part la suite du « Choix de Silla ».

Allan : Nous as-tu rendu visite et si oui, as-tu envie de nous rendre à nouveau visite ?
Joël : J’ai découvert votre site en cherchant des sites généralistes concernant l’héroic-Fantasy. Je dois reconnaître que j’y vais surtout pour voir sur votre forum si quelqu’un a répondu au message concernant mon bouquin (d’ailleurs je constate qu’il y a pas mal de monde à l’avoir lu). Cependant je l’ai parcouru (le site) et je le trouve très clair et agréable à consulter. De plus je constate que ses administrateurs sont ouverts et disponibles.

Allan : Que peut-on te souhaiter ?
Joël : Des femmes et du vin !
Aie !
Bon juste du vin alors…

Allan : Le mot de la fin sera :
Joël : GloireàTuxetlonguevieauFantastinet

Laisser un commentaire