L’enfer est déjà ici de Cécile Matt

Les éditions Black Coat Press, au travers de la collection Rivière Blanche nous permettent de découvrir de nouveaux auteurs et de nouvelles autrices dans différents genres.

Pour L’enfer est déjà ici, nous pouvons découvrir le premier recueil de Cécile Matt, qui se situe plutôt du côté de l’horreur.

Des nouvelles d’horreur… prenant racine dans notre monde

Ce qui est intéressant dans cet ensemble de nouvelles est la diversité des sujets qui prennent toujours racine, en tout cas nous le suspectons, dans notre monde… De façon à ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, je ne vous parlerai que des quelques premières nouvelles pour vous mettre l’eau à la bouche ou vous donner une vision de l’enfer.

La première nouvelle, Le Sublime, nous plongera dans un monde carcéral particulier puisque la prison entière semble être sous le contrôle d’un seul homme, appelé le Sublime. Arrivé dans cette prison centrale, sans en garder le souvenir, notre narrateur va aller de surprise en surprise.

L’Enfer peut aussi se cacher sous de délicates odeurs comme ce se sera le cas dans Le trèfle écarlate dans lequel notre nouveau locataire mènera une enquête pour trouver l’origine de cet étrange flacon.

La science, technologie et post-apo en renfort

C’est un tout autre univers qui nous attend dans Le monde libre avec une situation post-apocalyptique et la redécouverte de ce qu’il reste du quartier… et c’est aussi dans un monde qui nous semble ravagé que nous suivrons les duex mois de La Cité de Dieu qui devront affronter un personnel plutôt diabolique dans l’auberge où ils devront passer la nuit. Ces mondes vont révélé une autre forme de l’humanité qui n’est pas forcément celle que nous aurions imaginé.

La science et ses conséquences sur notre quotidien ne seront pas oubliées et notamment dans la nouvelle Simulacrah qui va permettre à un homme de revivre l’accident de voiture qui a coûté la vie à sa femme pour tenter de comprendre ce qui c’est passé et quelle responsabilité il porte.

Les nouvelles de Cécile s’enchaîne, nous plongeant dans différentes situations, différents univers mais toujours avec cette touche de surnaturel et cette horreur sous-jacente.

Par contre, car j’imagine assez que la couverture questionnera, j’avoue ne pas comprendre non plus cette illustration d’une diablesse en maillot de bain.. Mais il doit y avoir une explication 😀

Black Coat Press (Septembre 2021) – Rivière Blanche – 318 pages – 22 € – 9781649320780
Couverture : Mike Hoffman

Inutile de signer un pacte avec le diable pour descendre aux Enfers. Réjouissez-vous : vous y êtes attendu. Peut-être serez-vous accueilli par Le Sublime. Il se fera une joie de vous conduire à la rédemption par le travail forcé, les punaises de lit et les beignets de rat. A moins que vous ne soyez partant pour une ultime leçon de conduite dans le Simulacrash, ou une séance de pose chez la belle Joanna de Sa Carneiro, photographe spirite… Si vous êtes inquiet, méfiez-vous des tramways jaunes, des inconnues qui hantent les funérariums, et des téléphones qui sonnent à trois heures du matin. Il y a parfois un mort au bout de La Ligne.

Le tatouage n’effleure pas la peau : il l’écorche jusqu’à l’âme pour mieux faire le lien entre les vivants et les morts. Car les morts vous regardent. Parfois avec bienveillance lorsqu’ils ont l’espoir de renaître durant la Nuit de Noël, ou d’être vengés grâce au Retour d’Oreste. Parfois sans indulgence quand ils viennent vous rappeler vos fautes sous les Petites aiguilles du tatoueur. Mais faut-il préférer leur absence ou au contraire le clin d’œil qu’ils vous adresseront – toujours au plus mauvais moment – dans le miroir de votre chambre ? Venez donc prendre place, la corde au cou, parmi Les amants d’Isis et vous serez initié aux mystères vertigineux de la vie, de la mort et de la culpabilité.

L’enfer est tout autour de nous. Chacune des 17 nouvelles qui composent ce recueil se chargera de vous l’apprendre. Souriez : vous êtes arrivé.

Laisser un commentaire