Le sang de la cité de Guillaume Chamanadjan

Capitale du Sud – Tome 1/3

Le sang de la Cité est un nouveau cycle, ou plutôt un nouveau double cycle proposé par les éditions Aux Forges de Vulcain. Pour faire simple, nous sommes ici sur une histoire écrite à 4 mains, d’un côté la Capitale du Sud par Guillaume Chamanadjan et d’autre part la Capitale du Nord par Claire Duvivier.

Ces histoires sont bien entendu destinées à se croiser voire à se recroiser mais pour l’instant, nous découvrons tout juste Gemina, la Capitale du Sud et nous pourrons découvrir Dehaven en octobre.

La découverte de deux enfants

Tout commence par une guerre, une guerre qui s’est révélée violente entre la Maison de la Tortue (le Duc Serviant) et la Maison du Dauphin (Adelphe du Souffleur) : la cause de cette guerre est la sœur du Duc Serviant maintenue prisonnière par Adelphe du Souffleur. Pourtant, nous comprendrons rapidement que ce qui reste de cette guerre est la découverte des Suceurs d’os, deux enfants (un garçon et une fille) retrouvés enfermés eux aussi.

Et ce sont ces deux enfants qui sont au cœur du récit, bien des années plus tard, alors qu’il et elle ont développé des personnalités totalement différentes. Là où Daphné n’en fait qu’à sa tête, faisant preuve d’une violence qui attireront bien des problèmes à son protecteur, le jeune Nohamux (dit Nox) semble s’être bien mieux intégrer à la société : restant sous la responsabilité du Duc, il remplit aussi le rôle de livreur pour un commerçant réputé et découvre ce qui pourrait être le vin historique de la ville.

Politique et commerce

Si tout semble aller pour le mieux pour le jeune homme qui connaît mieux que personne la ville, il n’en est pas de même pour le Duc Serviant qui aimerait bien un peu plus d’autonomie pour l’acheminement des marchandises, quitte à se mettre à dos une partie des maisons, chacune ayant ses prérogatives, impactant notamment la main-mise des clans du Massif.

Et c’est à Nox, qui a réussi déjà à dénouer une situation qui aurait pu se révéler dramatique, que sera confiée la tâche de démêler les complots et tentatives de corruption. Le jeune homme sera néanmoins troublé par la découverte d’un recueil de poésie, qui provoque chez lui une étrange résonnance et le fait battre au rythme de la ville. Cette résonnance lui fera aussi découvrir un autre aspect de la Cité qu’il n’imaginait pas.

On place ses pions !

Comme vous pouvez l’imaginer pour un premier volume d’une première trilogie, l’essentiel de ce que vous allez découvrir est l’univers. Une ville sombre et une histoire de la construction de la ville qui reste à définir. Guillaume va nous faire découvrir cette ville, sa complexité et ses règles au travers du regard du jeune Nox, qui cherche à trouver sa place en même temps que comprendre son histoire.

J’ai été particulièrement impressionné par l’omniprésence de la Tour de Garde, jeu central et oh combien important pour les habitants de Gemina : ce jeu semble représenter l’histoire de la ville, avec ses pions oubliés et riches qui dansent un balai aussi complexe que la politique mené par les Ducs, leader pour chacun d’entre eux de leur zone d’influence.

Bien sûr, le récit n’est pas à proprement parlé original : nous retrouvons le jeune homme dont la naissance est incertaine, en quête de ses racines tout en étant en recherche d’une place dans une société qui le considère toujours comme à part. Cela étant dû bien sûr à l’histoire de sa découverte.

La musicalité du récit est le point fort indéniable du récit. Dès la découverte de ce livre de poésie, le rythme du récit change. Et nous suivons le jeune homme totalement embarqué dans une histoire qui le dépasse, devant concilier et jongler sur son travail, son rôle officieux et la protection d’une soeur qui reste définitivement étrange.

J’attends avec impatience le pendant de Claire Duvivier et bien sûr la suite des aventures de Nox….

Aux Forges de Vulcain (avril 2021) – 406 pages – 20 € – 9782373051025
Couverture : Elena Vieillard

Enfermée derrière deux murailles immenses, la cité est une mégalopole surpeuplée, constituée de multiples duchés. Commis d’épicerie sur le port, Nox est lié depuis son enfance à la maison de la Caouane, la tortue de mer. Il partage son temps entre livraisons de vins prestigieux et sessions de poésie avec ses amis. Suite à un coup d’éclat il hérite d’un livre de poésie qui raconte l’origine de la Cité. Très vite, Nox se rend compte que le texte fait échos à sa propre histoire. Malgré lui, il se retrouve emporté dans des enjeux politiques qui le dépassent, et confronté à la part sombre de sa ville, une cité-miroir peuplée de monstres.

Laisser un commentaire