Les magiciennes de Sylvie Kaufhold

Royaumes Ennemis – Tome 1

Les Magiciennes est le premier volume de la série Royaumes Ennemis de Sylvie Kaufhold aux Editions du 38.

A la découverte d’un univers riche !

Dans ce nouveau cycle, Sylvie nous plonge dans un monde relativement manichéen où deux grands clans s’affrontent. Dans le premier, nous retrouvons Khazan, qui souhaite étendre sa zone d’influence en affrontant notamment la cheffe des Araks, Zei, sanguinaire au possible.

Et pour réussir à remporter cette guerre, il aura besoin de s’appuyer sur de nouveaux / nouvelles allié.e.s ce qui le poussera à prendre la route avec sa garde rapprochée. Cette garde se compose de sa cousine Iridiane, personnage féminin fort et écoutée par le reste de l’équipe, Sidan un géant au physique de brute et Tran. Leur route doit les mener auprès de la Ruche, dont le peuple reste mal connu tout en étant réputé pour ses connaissances et des magiciennes capables de s’inviter et d’influer les rêves.

D’ailleurs, le peuple de la Ruche est celui que j’ai trouvé le plus intéressant. D’un aspect humanoïde, le terme Ruche fait bien sûr penser aux abeilles et au moment où nous rencontrons le peuple, la Ruche est en danger, la Reine ne réussissant plus à générer de larves de qualité tout en refusant de fournir sa succession.

Un premier volume réussi

La force de ce premier roman est de réussir à bien nous décrire l’univers imaginée par Sylvie et les différents peuples qui le composent. Les personnages sont la force de ce récit qui fait la part belle aux femmes. Je pense notamment au personnage d’Iridiane que j’ai trouvé forte et leader, forte de ses convictions et de son énergie. Cette place donnée aux femmes est naturelle dans le récit, ce qui est plutôt agréable dans le déroulé même. Il faut voir si cette dimension sera toujours aussi présente dans les prochains volumes, sans dénaturer l’histoire en elle-même (mais il n’y a aucune raison à cela).

Le choix d’avoir des chapitres courts, alternant entre les différents personnages permet de donner un rythme intéressant au récit qui rend la lecture fluide et passionnante. Nous n’avons pas le temps de nos ennuyer au travers des 300 pages que composent ce premier opus. Ce dynamisme nous permet en même temps d’avoir une vision plus précise des forces en présence et des alliances possibles tout en nous permettant de mieux connaître les différents personnages.

Par contre, je trouve que l’histoire reste dans une forme de manichéisme qui le classe pour moi pour un public plutôt jeune (Young Adulte) bien que l’éditeur indique le contraire. Ce n’est pas gênant en soit, il faut juste le savoir. Cela ne doit pourtant pas vous dérouter de ce cycle.

Editions du 38 (Février 2021) – 344 pages – 18€ –

L’hiver s’achève dans les steppes, laissant le Septentrion déchiré en deux territoires ennemis. Khazan, l’ambitieux seigneur des Tsets, est à la recherche d’une nouvelle technologie qui lui garantirait la victoire sur le chef des Araks et sa maîtresse sanguinaire.

Il doit pour cela obtenir l’aide d’un peuple étrange, retiré dans les Montagnes de l’Ouest et miné par des conflits internes menaçant sa survie. Trois de ses meilleurs guerriers, dont la solaire Iridiane, le soutiennent dans sa quête.

Mais d’autres dangers guettent le jeune chef de guerre, ne lui laissant aucun répit. Le jour, la reine magicienne d’un royaume pirate menace le sud de ses terres et la nuit, ses songes sont le terrain de jeu d’une jeune rêveuse boréale.

Laisser un commentaire