Les noces de la renarde de Floriane Soulas

La première chose que nous pouvons dire pour Les noces de la renarde, rééditées aux éditions Pocket, est que la couverture que l’on doit à Aurélien Police est une fois encore exceptionnelle.

Pour le reste, le roman de Floriane Soulas va nous faire voyager dans le folklore japonais.

Deux époques et deux femmes…

Le roman de Floriane se répartit entre deux périodes de temps qui vont nous faire découvrir deux mondes différents.

La première époque est relativement lointaine puisque nous plongeons en plein XVème siècle avec la jeune Hikari, une jeune Kitsune (une forme d’esprit pour les personnes – comme moi – qui ne connaisse rien au folklore japonais) qui vit dans une forêt à proximité d’un village. Contrairement à ses soeurs, la jeune esprit s’intéresse de (bien trop) prêt à ces étranges créatures qui viennent couper du bois dans la forêt et tout particulièrement à un des bûcherons. Bien sûr, ces contacts sont totalement interdits et, bien sûr, cela n’arrêtera pas la jeune femme.

Deuxième époque avec notre époque contemporaine et la jeune Mina, lycéenne à Tokyo et surtout, jeune femme dotée de la capacité de voir les esprits. Cette malédiction, elle la porte depuis sa naissance et espère pouvoir un jour échappé à son pouvoir. Malheureusement, sa route va croiser celle de Natsume qui, à l’opposé, aimerait avoir ce pouvoir que sa famille a par héritage mais qu’elle n’a pas. Entre les deux jeunes femmes va se construire une relation un peu étrange, Natsume souhaitant faire honneur à sa descendance de chasseuse d’esprits au travers de sa relation avec Mina.

Des femmes fortes !

Ce que nos pourrons noter en tout premier lieu de ce récit, c’est le rôle central que joue les femmes dans le récit car ce sont elles qui sont au coeur de l’action. Hikari va devoir lutter contre les traditions et la violence de la société à laquelle elle appartient pendant que Mina va essayer de trouver sa place dans ce monde troublé par les esprits. Et ce qui détonne est finalement le rôle très secondaire (quand ils existent) qu’on leur attribue.

C’est bien la façon dont les deux personnages vont essayer de s’extraire de leur condition respective qui va rester l’élément le plus intéressant de cette double narration qui, vous vous en doutez, finiront bien par se croiser. Et là réside la force de Floriane : avoir réussi à construire ces deux personnages fortes, tout comme Natsume et la pauvre Mauyuri…

Alors, il est vrai que le roman met du temps à se mettre en place et qu’une des meilleures scènes arrive à un peu plus d’un tiers du roman, mais cela n’est finalement pas pénalisant : cela m’a permis de me familiariser avec les différentes composantes du folklore japonais et de m’imprégner d’une ambiance plus que riche. Alors, j’ai bien apprécié cet univers et les explications / présentations de ces esprits ; j’ai bien aimé aussi la façon dont ces esprits se sont fondus plus ou moins dans notre société moderne et de quels façons les chasseurs / chasseresses ont du évoluer pour poursuivre leur activité.

C’est un de ces romans emprunt de poésie qui permettent d’enchanter quelques heures de lecture…

Bon par contre, je reconnais que pour des jeunes lycéennes, les parents sont plus que très permissifs en les laissant traîner dans des quartiers douteux à des horaires indécents :D.

Pocket (Février 2021) – 462 pages – 8,40€ – 9782266315302
Couverture : Aurélien Police

1467, Japon. Hikari, une mystérieuse jeune femme, vit avec ses sœurs dans une forêt peuplée de petits Dieux de la province d’Izumi. Fascinée depuis toujours par les humains, elle s’intéresse de près aux villageois installés au pied de la montagne, et plus particulièrement à Jun, l’un des bûcherons. Mais le contact avec les hommes est formellement interdit par son clan…

2016, Tokyo. Depuis toujours, Mina a le pouvoir de voir et de côtoyer les yokaï, esprits et monstres du folkore japonais. Solitaire à cause de ce don qu’elle doit cacher à tous, la jeune fille ne se sent pas à sa place dans la société.
Jusqu’au jour où un esprit tente de s’introduire dans ses rêves et que Natsume, une fille de sa classe, l’entraîne dans une chasse au démon à travers la capitale…

Deux univers qui se croisent, deux destins qui s’entremêlent, entre quête d’identité et désir d’émancipation

Laisser un commentaire