Le fort intérieur et la sorcière de l’île Moufle de Stella Benson

Le mois de l’imaginaire est l’occasion pour les éditions de proposer deux nouveautés, Soroé et la Reine des Atlantes de Charles Lomon & P.-B. Gheusi et Le Fort Intérieur et la sorcière de l’île Moufle de Stella Benson.

Comme vous le savez, (ou si ce n’est pas le cas, je vous invite à redécouvrir l’interview de Thierry), les éditions Callidor propose au travers de leurs collection “l’âge d’or de la fantasy” de (re)découvrir des textes oubliés / peu connu de fantasy.

Il s’agit pour le coup d’un titre de 1919, non publié jusqu’à présent sous nos cieux et qui va vous plonger peu de temps après la première guerre mondial dans une Angleterre où la magie n’a pas disparu. Comme à son habitude, l’objet-livre lui-même est de très grande qualité, la couverture héritant en plus de son noir et blanc habituel d’un très sympathique violet. Les illustrations présentes au sein du récit apporte cette touche visuelle qui réhausse l’intérêt pour le texte.

Tout commence par un comité majoritairement féminin qui devise avec une inconnue, pourchassée pour avoir volé un petit pain. L’échange qui s’ensuit et qui ne nous permettra finalement pas d’en savoir bien plus sur l’inconnue, donne néanmoins le ton qu’aura le roman… L’humour et le burlesque se bouscule déjà dans la bouche des membres du comité dans une discussion sans queue ni tête. Mais la jeune femme a oublié son balai, un balai qui indiquait très clairement l’adresse et le lieu de villégiature de la jeune inconnue, l’île Moufle en plein Londres… Bon âme, Sarah Brown, du comité, décida de le rapporter à sa propriétaire et découvrira donc l’île Moufle ainsi que la caractéristique principale de la propriétaire, à savoir qu’elle est une sorcière.

Sarah Brown se verra proposer de rester sur l’île Moufle, au sein du foyer de la sorcière, le fameux Fort Intérieur et y découvrira d’étranges colocataires.

Roman écrit dans une Angleterre post-Grande Guerre, Le Fort Intérieur et la sorcière de l’île Moufle va nous montrer une oeuvre de fantasy originale avec un axe humoristique très marquée, que nous retrouverons tout au long du récit de Stella Benson. D’ailleurs, le démarrage du roman nous permet de découvrir rapidement le ton qui sera donné au tout.

Le côté absurde et la présence de ses sorcières rendent l’histoire savoureuse page après page.

Le Fort Intérieur enrichit la collection l’âge d’or de la fantasy et nous permet de découvrir une nouvelle petite perle, oubliée du temps.

Callidor (Novembre 2020) – 19 € – 268 pages – 9782901207092
Traduction : Faustine Lasnier
Titre Original : Living Alone (1919)
Illustrations : Anouck Faure

Le regard sans cesse accroché au ciel, constellé de bombes allemandes, Sarah Brown n’a pour toute richesse que sa valise, baptisée Humphrey, de bonnes intentions et une bienveillante inefficacité… Mais lorsqu’elle croise la route du fidèle Harold, un balai égaré par une sorcière londonienne, c’est pourtant bien à elle qu’il incombe de le restituer à sa propriétaire. Avec son chien David, Miss Brown découvre alors l’île Moufle, nichée entre la Forêt Enchantée et la Commune de la Faërie, où se dresse une petite maison curieusement nommée “Le Fort Intérieur”…

Laisser un commentaire