Les meurtres de Molly Southbourne de Tade Thompson

Le 18ème titre de la collection Une Heure Lumière, Les Meutres de Molly Southbourne a été récompensé du prix Nommo 2018, Julia Verlanger 2019, Grand Prix de l’Imaginaire 2020 et finaliste des prix BSFA 2017 et Shirley Jackson… Une longue liste donc qui laisse présager une (très) bonne lecture.

Molly Southbourne a une histoire particulière et une malédiction qui la suite depuis sa naissance et c’est à un de ses doubles, une molly qu’elle va narrer son histoire.

La jeune femme depuis sa naissance, créé malgré elle des doubles d’elle même en perdant du sang… Et chaque molly qui “naît” va vouloir détruire sa prime, sans que la raison ne soit clairement connue. C’est la raison pour laquelle ses parents, dont la mère semble être issue de l’ex-bloc soviétique.

Pour résister à ces attaques, Molly est formée à toutes formes de combat et surtout à réagir au plus vite lorsque malgré elle, elle saigne.

Si tu saignes, mets une compresse jusqu’à ce que ça cesse et ensuite brûle-la. Retourne là où tu as saigné et verses-y du détergent.

D’ailleurs, l’adolescence et l’arrivée des règles aura bien entendu des conséquences, car malgré une prudence de tous les instants, les clones se multiplient et, il faut bien avouer, la jeune femme s’amuse aussi à créer des doubles qu’elle tuera.

Cette novella qui reste courte est addictive. Addictive par le rythme, l’alternance de scènes violentes et de phase de réflexion qui finalement ne nous apprendrons pas grand chose sur l’origine de la malédiction ou sur les raisons pour lesquelles elle en est victime. Et c’est cette absence de réponses qui justement rend ce titre particulièrement savoureux… Nous sentons une petite fibre de Science-Fiction qui traine, et nous tournons les pages les unes après les autres en espérant percer le secret de Molly, et malheureusement, nous ne savons pas tout… Nous suivons la jeune femme dans sa jeunesse et dans son adolescence, les troubles de l’adolescence se mêlant à son questionnement sur ce qu’elle est.

L’histoire proposée par Tade Thompson ouvre de nombreuses perspectives de suite, et nous parlerons dans quelques jours de la suite parue il y a quelques mois, La Survie de Molly Southbourne toujours dans la même collection. Un personnage donc que nous aimerions découvrir plus largement et surtout dont nous aimerions découvrir l’origine.

Le Bélial (2019) – Une Heure Lumière – 126 pages – 9,90 € – 9782843449499
Traduction : Jean-Daniel Brèque (Etats-Unis)
Titre Original : The Murders Of Molly Southbourne (2019)
Couverture : Aurélien Police

Molly est frappée par la pire des malédictions. Aussi les règles sont-elles simples, et ses parents les lui assènent depuis son plus jeune âge.
Si tu vois une fille qui te ressemble, cours et bas-toi.
Ne saigne pas.
Si tu saignes, une compresse, le feu, du détergent.
Si tu trouves un trou, va chercher tes parents.
Molly se les récite souvent. Quand elle s’ennuie, elle se surprend à les répéter sans l’avoir voulu… Et si elle ignore d’où lui vient cette terrible affliction, elle n’en connaît en revanche que trop le prix. Celui du sang.

Laisser un commentaire